fbpx
Que faire de ses déchets organiques

Dans la cuisine de Céline Iznowgood

Pour la toute première édition de la rubrique “Dans la cuisine de …” j’ai le plaisir d’inviter Céline du blog Iznowgood à répondre à quelques questions 🤓

Céline est une créatrice de contenu autour du lifestyle green, une vraie source d’inspiration et de bonne humeur 💥

C’est en fait assez drôle que j’ai choisi Céline pour cette rubrique “dans la cuisine de …”  car Céline n’a plus de cuisine depuis un petit moment !

Elle et son copain David sont partis il y a un peu plus d’un an pour un tour du monde sans avion qui s’est malheureusement arrêté à cause du Covid.

De retour en France, ils ont vécu leur confinement dans un camping car, avant de repartir sur les routes, à vélo, le long de la Vélodyssée (1200 km quand même 🙄)

Autant dire que ça fait un moment qu’elle n’a pas pu profiter d’une cuisine 😉

Pour autant, et c’est là où ça devient très interressant, pendant tous leurs voyages, Céline et David ont continué leur alimentation zero déchet ! 

Alors j’étais curieuse d’en savoir plus sur Céline et son alimentation. Elle a accepté de répondre à 5 petites questions dans ce sens. 

C’est parti !

Suite plus bas 👇

” Cette chaine de l’alimentation responsable elle commence par soi et pourquoi pas élargir au cercle des animaux, donc avec une alimentation végétarienne ou végane et encore après réfléchir d’où ça vient, comment s’est fabriqué, ect”

Déchets organiques

Place à mon interview avec Céline

* Propos recueillis via un enregistrement audio donc des mots de liaisons et autres ont pu être ajoutés pour faciliter la compréhension à l’écrit.

Céline, pour toi c’est quoi une alimentation responsable ?

Une alimentation responsable elle l’est avant tout pour soi, c’est très personnel et aussi très important. 

C’est une alimentation consciente,une responsabilité à soi, pour se maintenir en bonne santé.

Pour cela il faut, au moins, des connaissances minimales en nutrition. Je sais que moi j’ai refait toute mon education nutritionnelle après être parti de la maison, je l’ai refaite en lisant. Et cela est particulièrement vrai quand on devient végétarien. 

Ce qui amène, d’ailleurs, au deuxième point de responsabilité.

Nous avons d’abord la responsabilité vis à vis de soi, puis ensuite on élargit le cercle. Moi c’est d’ailleurs comme ça que ça s’est passé pour mon cheminement.

Le fait de penser à ma santé, comme d’habitude, une chose en amenant une autre, les oeillères tombent. C’est là que vient la responsabilité vis à vis de la vie de manière générale.

Ça peut-être, d’essayer de limiter la viande au maximum et puis petit à petit si on élargie le cercle la vie avec un grand V donc dans sa globalité, c’est à dire faire attention au chemin que les aliments doivent faire pour arriver jusqu’à nous et donc essayer de consommer local, zero dechet le plus possible, de saison. 

Même si consommer de saison, je trouve que ça va avec le responsabilité à soi, parce qu’en consommant de saison, on consomme des fruits et des légumes qui viennent d’être ramassés, donc avec le plus de vitamines possibles, encore pleins de bacteries …

Mais voilà, cette chaine de l’alimentation responsable elle commence par soi et pourquoi pas élargir au cercle des animaux donc avec une alimentation végétarienne et végane et encore après reflechir d’où ça vient, comment c’est fabriqué, ect

Vous avez réussi à tenir un rythme de zéro déchet pendant vos voyages, même à vélo. 

Peux tu nous dire comment vous procédiez  ?

On a trouvé ça vraiment facile d’être zero dechet sur le velo, en tout cas en france.

On revenait d’un voyage (le tour du monde sans avion avec plusieurs pays en asie) où on a vraiment lutté pour limiter notre consommation de plastique le plus possible.

C’est vraiment pas pareil en asie, quand on est revenu en France, pour faire la Vélodyssée, on a vraiment vu que si on voulait on pouvait. 

Dans les accessoires que l’on avait sur nous, on avait deux gourdes, c’est un petit peu la base du zero dechet, puisqu’en France on a la chance d’avoir de l’eau potable qui coule du robinet, c’est quand même très pratique.

On avait un tupperwear chacun ça nous permettait de cuisiner et de conserver des aliments, on avait pris pas mal de sacs de vracs, aussi, pour aller faire les courses dans des magasins bios ou des magasins vracs.

On avait des couverts, évidemment, on a un petit set avec une fourchette, une cueillère, un couteau, on avait aussi un petit couteau retractable qui coupe bien et deux bols, un chaucun.

Le bol ça sert à tout, tu peux boire ton thé le matin dedans, tu peux manger comme une assiette, tu peux boire ton jus de pommes …

Voilà pour notre kit zero dechet !

On avait, aussi, pris deux pailles en bambous mais on en a pas eu besoin, même si ça peut toujours servir. 

Qu’as tu trouvé le plus difficile à respecter ?
Et quel est, selon toi, un acte simple que l’on peut mettre en place dans notre quotidien ?

Peut-être que le plus dur à respecter c’est que quand tu es dans l’effort, tu as parfois envie de manger des petites bars energétiques ou des gâteaux et que tu n’en trouves pas facilement en vrac ; nous ça ne nous est pas arrivé mais je dirais que ça peut être le plus difficile et que tu peux avoir envie de succomber en achetant des gateaux au magasin bio.

Parce qu’il faut le dire quand même les gateaux du magasin bio en vrac ne sont pas les meilleurs … 

Sur le trajet, on a quand même trouvé des bars energetiques en vrac qui étaient excellentes, donc vraiment on a pas eu de difficultés.

Mais, oui, je dirais que le côté sucré : biscuits, barres energetiques …  c’est ce qui pourrait poser le plus de problèmes.

 Pour le plus facile, je dirais que c’est l’eau.

Je pense que c’est la première chose par laquelle commencer, avoir une gourde dans sa vie de manière générale, la promener tout le temps avec soi.

Parce qu’il n’y a pas du tout besoin de plastique pour boire, il faut éliminer ça de sa vie en premier je pense que c’est le plus facile.

Je crois savoir que tu as un régime végétalien, est-ce que tu peux nous dire depuis combien de temps et si la transition a été compliquée pour toi ?

Ça va faire un moment … il n’y a pas eu de moment charnière, en fait.

Il n’y a pas eu un moment où je me suis dit demain c’est fini, mais je dirais quand même que c’était il y a 6 ou 7 ans .

Il y a eu ce fameux voyage en woofing à Hawaï. On était, pendant 3 mois, dans une ferme bio entourés de gens qui étaient végétariens et nous on venait de nos familles où on nous expliquait qu’il fallait manger de la viande à chaque repas, donc 2 fois par jours.

Donc c’était un peu nouveau pour nous et ça a été le début de pleins de questionnements.

Après ce voyage, on est rentré à Londres puis on est parti en Suède. Pendant ces années de vie à l’etranger, c’est là que l’on a amorcé notre transition alimentaire et ça a été vraiment très lent.

C’était en parallèle de toutes mes lectures sur la nutrition, notamment le rapport Campbell qui m’a ouvert les yeux sur le fait qu’il fallait vraiment limiter sa consommation de produits animaux.

C’est vraiment le rapport campbell qui m’a fait dire oulala il faut vraiment limiter la viande ! Et puis, en fait, comme tu limites la viande, c’est de plus en plus facile de penser à ce que c’est la viande, que c’est des animaux morts, que c’est de la souffrance animale, ect

Puis, plus j’ai vu ça , vu ce qui était derrière la viande que je mangeais, plus le côté éthique et responsable est arrivé. Donc, au bout d’un moment, je n’ai vraiment plus pu en manger. Mais voilà il n’y a pas eu de jour charnière, la transition a été très lente. 

Mais ça n’a jamais été compliqué, justement parce que j’y suis allé très lentement, je me suis vraiment écoutée, je ne me suis pas bousculée.

Qui cuisine chez vous ?

David cuisine toujours, moi c’est très rare finalement que je touche à tout ce qui est couper les légumes, faire cuire, ect.

David c’est quelqu’un qui est très pratique, il adore tout ce qui est dans l’action, faire les choses avec ses mains. 

Moi je suis plus dans la tête, plus cérébrale, donc finalement ce qui se passe c’est que c’est moi qui lui dit, bon on va manger ça, il va falloir mettre tels ingrédients, telles épices … Je suis dans la création de la recette et David il fait le commis 😂

C’est moi la chef et c’est David qui exécute ! Mais ça fait une bonne équipe !

Quel est l’aliment que l’on retrouve toujours dans ton placard/ frigo ?

Sans hésitation le chocolat !

On est deux grands fans de chocolat. Alors évidemment bio et commerce équitable, parce qu’il faut faire attention avec le chocolat, c’est un peu quelque-chose que j’ai découvert sur le tard, ça ; que le chocolat est très fortement lié à la déforestation, notamment dans des pays d’Afrique.

Donc oui, le chocolat c’est ce qui est toujours dans nos palcards et dans nos sacs à dos.

Quoi que, en Asie, parfois on était à court parce que les asiatiques ne mangent pas beaucoup de chocolat mais sur le vélo, par exemple malgré la chaleur, on avait toujours du chocolat.

Pour finir une question plus gourmande et à laquelle on est beaucoup à avoir du mal à répondre😉

Quel est ton plat préféré ? Et à contrario, quel est l’aliment que tu n’aimes vraiment pas ?

Alors pas facile, je n’ai jamais su répondre à ce type de questions : ma couleur, ma musique, mon livre préféré, ce sont des trucs auxquels je ne sais jamais répondre … 

Donc mon plat préféré … je dirais que c’est quelque chose de très basique, par exemple une petite salade de tomates du jardin avec quelques oignons nouveaux et l’huile d’olives des grands parents de David au Portugal, parce qu’ils font eux même leur huile d’olives et c’est la meilleure huile d’olives du monde ! Ça avec un petit peu de gros sel et franchement là on atteint vraiment la perfection, je n’ai pas besoin de plus.

Pour l’aliment que je n’aime pas, encore une fois c’est pas évident mais je dirais, peut-être, le pamplemousse. Je n’aime pas trop l’amertume, en fait, parce que je suis une vrai vatta, c’est mon profil ayurveda.

Merci à Céline pour cet échange ! J’espère que cette nouvelle rubrique vous a plu 😊 

2 Commentaires

  1. CELINE

    TRES SYMPA CETTE RUBRIQUE!

    Réponse
    • Rebecca

      Merci beaucoup 😊 Ravie qu’elle te plaise !

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un peu plus de lecture ? Voici les derniers articles 😊

Ragoût de fenouil

Ragoût de fenouil

Un bon ragoût réconfortant idéal quand les températures baissent. C'est un repas complet, idéal à emporter. Vous pouvez aussi ajouter du riz complet et un peu de yaourt végétal.  Ragoût de fenouils 1 bulbe de fenouil1/2 courge butternut1 gros oignon4 gousses...

Communauté privée